Peindre un ciel réaliste à l’aquarelle n’est pas réservé qu’aux grands maitres, on peut y arriver facilement avec un peu de technique et d’entrainement!

Il y a de nombreux types de ciels qui se prêtent à merveille à l’aquarelle, et peindre un ciel est vraiment un exercice auquel on prend beaucoup de plaisir.

Alors voilà, j’ai trouvé sur le Net plusieurs méthodes correspondantes chacune à un certain type de ciel, le tout en vidéo. Certaines sont en Anglais, mais je vous ai mis les explications sur les différentes étapes à suivre, et puis, les images sont très parlantes et même sans écouter le texte on arrive à suivre très facilement les différentes étapes.

Un ciel d’été bien bleu avec quelques nuages blancs. (niveau de base – facile)

1.       Mouillez complètement le papier

2.       Attendez que l’effet miroir créé par le trop-plein d’eau amorce sa disparition. C’est alors le moment pour vous d’appliquer le bleu du ciel, allez-y par grands coups de pinceau horizontaux voir légèrement obliques, tout en prenant soin de laisser quelques taches blanches qui préfigurent déjà nos nuages.

3.       À l’aide de papier essuie-tout tamponnez sans tarder et de façon irrégulière dans le ciel, cette action va enlever du bleu dont les pigments ne sont pas encore fixés et fera réapparaitre le blanc du papier, cette action permet de simuler avec un certain réalisme les contours cotonneux nos nuages.

4.       À l’aide d’un petit pinceau à peine humide, affinez certains nuages en enlevant encore ici ou là un peu de bleu du ciel, cette fois le blanc que l’on dégage est moins éclatant, une fine couche de bleu est déjà fixée sur le papier. Le pinceau est à chaque fois rincé et frotté sur un chiffon pour en vider le trop-plein d’eau, notre pinceau doit être légèrement assoiffé pour agir correctement lors de sa rencontre avec le papier humide!

Pour un effet le plus réaliste possible, travaillez d’après photo, ou entrainez-vous à dessiner des formes de nuages au crayon avant de vous lancer dans cet exercice !

Un ciel avec des nuages qui déversent leur pluie sur un paysage désolé. (niveau  difficile)

  1. On démarre sur un papier qui vient de sécher (de cette façon notre lavis restera mouillé plus longtemps, dans cet exercice, presque toutes les étapes se passent dans le même lavis sans qu’il ne sèche, mieux vaut se presser et retarder le plus possible son séchage… ), et on travaille sur un plan incliné
  2. Commencez par poser un lavis en aplat, choisissez un bleu gris bien sombre, dans notre exemple vidéo celui utilisé est composé de bleu de phtalo mélangé avec un peu d’ombre brulée. Le lavis est créé par des bandes horizontales placées successivement les unes en dessous des autres, ne trainez pas, car pour réussir l’exercice, notre ciel ne doit pas sècher!! une fois que l’on arrive à proximité de notre horizon, on ajoute de l’eau dans notre mélange, ce qui rendra notre lavis plus transparent et donc notre ciel plus clair dans le bas de notre feuille.
  3. Ensuite, avec un mélange de bleu bien sombre et sur un pinceau bien chargé, revenez encore dans le haut du ciel, attention, l’on n’essaie surtout pas de dessiner des nuages, les mouvements du pinceau doivent être rapides et pas trop contrôlés.
  4. À l’aide de la pointe du pinceau à peine humide, on vient sucer le trop-plein d’eau qui s’est accumulé au bas de notre lavis
  5. On peut également répéter l’opération à l’aide d’un chiffon ou d’un morceau de papier essuie-tout.
  6. Notre lavis est retourné (mis la tête en bas) cette action va faire redescendre les pigments les plus lourds (pas encore fixés) qui se rapprochaient de l’horizon vers le haut du ciel, ce qui lui donnera un caractère encore plus chargé et menaçant!
  7. Préparez en vitesse un mélange de gris très sombre (gris de payne) et posez le à nouveau dans le haut du ciel, si le timing est réussi, la couche de bleu du dessous n’est pas encore sèche et notre gris fuser et glisser vers le bas de telle manière que ce mouvement de couleur simulera à merveille l’effet de la pluie se déversant sur un paysage lointain, toutefois, si la peinture glisse trop vite, retournez à nouveau votre lavis la tête en bas, attention, car l’inclinaison choisie sera visible et la réussite de l’effet de pluie en dépend!
  8. Reprenez votre pinceau encore moyennement chargé de gris et faites le rouler dans votre ciel, cette action viendra enlever de la couleur par endroit et en ajouter à d’autres, c’est maintenant que se dessineront vos nuages les plus clairs.
  9. Passez le tout au sèche-cheveux, ensuite, laissez votre inspiration choisir pour peindre le paysage désolé.

 

Après deux tentatives, je ne suis toujours pas satisfait du résultat que j’ai obtenu pour cette méthode…le timing du séchage est compliqué à gérer!

Un ciel d’automne avec des nuages menaçants (technique humide – niveau difficle)

Cette troisième vidéo est en français, elle vaut vraiment le détour.

Attention toutefois, cet exercice est compliqué, il demande beaucoup de maitrise et d’expérience pour être mené à bien.