spot bleu

Lors de réalisation d’une peinture en intérieur ou mieux en studio, bénéficier d’une lumière correcte est vraiment crucial. Ceux et celles qui bénéficient d’un bon éclairage là où ils peignent ne s’en sont probablement jamais rendu compte, c’était encore mon cas il n’y a pas si longtemps.

spot bleu

Si vous éprouvez des difficultés à rendre correctement les couleurs dans vos aquarelles, à distinguer les nuances subtiles au sein d’une couleur, peut-être devriez-vous vous poser la question suivante : «  est-ce que l’éclairage de cette pièce me permet de peindre dans de bonnes conditions ? ».

J’avais déjà lu l’un ou l’autre article sur le sujet sans trop m’y attarder, à vrai dire, l’endroit où je peins n’est pas problématique, il est suffisamment éclairé et différentes sources lumineuses me permettent d’ajuster l’éclairage à ma guise. En général, je n’éprouve pas trop de difficulté à discerner les différences de colorations et les nuances chromatiques présentes sur les sujets que je traite en peinture.

Dernièrement, une petite mésaventure m’a fait prendre conscience de la grande importance de l’éclairage pour peindre.

Je passais alors la soirée chez mon amie, et l’on avait prévu de peindre ensemble. Le choix du sujet était simple, la nature morte que je vous ai proposé comme exercice dans l’article précédent «  une nature morte s’il vous plait ! », l’occasion rêvée de tester cet exercice pour moi-même et pour mon amie qui n’a pas encore expérience dans l’aquarelle.

Après avoir posés les fruits à peindre sur la table, esquissé le croquis dans mon carnet et alors que j’avais mon pinceau en main, j’essayai de distinguer et analyser la couleur des fruits afin de la reproduire au mieux, mais cet exercice me semblait plus difficile que d’habitude. Je jetai un coup d’œil à la source de lumière principale, et je compris rapdiement d’où venait la cause de mes tourments, du plafond pendait une boule de corde verte bien serrée d’une quarantaine de centimètres de diamètre. Toute la lumière qui m’arrivait passait à travers ce filtre vert.

lustre vert

On ne distingue pas si facilement la teinte de l’éclairage dans lequel on baigne, c’est un peu comme lorsqu’on met des lunettes de soleil, après quelques secondes nos yeux y sont habitués et l’on ne se rend plus compte que les couleurs que l’on voit sont modifiées par la couleur des verres.

Ce lustre vert me rendait la tâche bien compliquée ! Distinguer la couleur de mon sujet était devenu une lourde épreuve, et réaliser un mélange pour reproduire cette teinte l’était bien d’avantage.

Si vous vous trouvez dans ce genre de cas ou que la réponse à la question posée en début d’article est négative, pensez à adapter votre éclairage, choisissez une ampoule avec qui s’approche plus possible du blanc, ou une ampoule lumière du jour, vous devriez trouvez à l’arrière de l’emballage de l’ampoule les informations nécessaires qui guideront correctement votre choix. Il s’agit souvent d’un dégradé allant de l’orange (chaud) ver le bleu (froid) étalonné en degré Kelvin, préférez une ampoule dont la couleur de la température se situe entre 3300 et 5300 K.

temperature_des_couleurs

Vous pouvez aussi faire l’acquisition d’une lampe de bureau, neuve ou d’occasion, si vous restez raisonnable ce ne seront pas des frais très importants, mais l’aide qu’un bon éclairage vous procurera sera énorme.

Encore un conseil précieux pour profiter au maximum de votre source d’éclairage lorsque vous peignez :

Placez vous face à la lumière (en contre-jour) et si vous êtes droitier, décalez votre source lumineuse vers la gauche, pour les gauchers décalez là plus à droite, de cette façon vous éviterez au maximum l’ombre de votre main à l’endroit où se pose votre pinceau.