oeil humain

Pour qui souhaite peindre et dessiner et le le faire de façon réaliste, comprendre le mode de fonctionnement des teintes et des des valeurs tonales est fondamental.

La perception des teintes

Une teinte est le résultat subtil obtenu en mélangeant des couleurs, c’est tout simplement une nuance de couleur perçue, il y en a une infinité, certaines sont reconnues de tous et elles portent des noms : jaune citron, bleu d’outremer, terre de Sienne, etc.

Certaines études ont démontré que l’œil humain est capable de distinguer une très grande multitude de teintes, environs 2 millions ! Vu la quantité, il est préférable qu’elles ne portent pas toutes des noms…ce nombre impressionnant est une moyenne, ce qui signifie que certaines personnes en distinguent encore bien plus, mais aussi que d’autres en verront nettement moins.

oeil humain

Suivant l’observateur, une teinte ne sera pas perçue de la même façon. En principe ces différences ne sont pas très marquées de l’un à l’autre, mais il est faux de croire que l’on voit tous des teintes identiques. Il arrive même qu’une personne distingue une différence dans les teintes perçues entre ses deux yeux.

Une maladie, le daltonisme affecte certaines personnes. Ils présentent des déficiences au niveau des récepteurs responsables de la perception des couleurs, situés sur la rétine oculaire. Le cas le plus connu est celui des daltoniens incapables de distinguer la couleur rouge du vert.

 

La tonalité est le degré d’intensité d’une teinte.

Une teinte peut avoir différents degrés d’intensité. Un facteur tel que la distance qui sépare une teinte de son observateur influence la teinte perçue, plus la distance est grande et moins la teinte perçue sera intense, cette différence est due à l’atmosphère qui n’est pas si transparente qu’on pourrait le croire. Lorsque l’on simule ce phénomène en peinture, on parle alors de perspective atmosphérique. En pratique on peint le paysage proche de l’horizon en bleu gris, et plus le paysage perçu est lointain, plus la teinte originale disparaitra au profit du bleu-gris, cette technique était bien connue des anciens peintres et il semble qu’elle était déjà utilisée pendant l’antiquité (on a retrouvé des exemples de son utilisation dans des fresques à Pompéi).

perspective atmosphérique

Un autre facteur qui influence les teintes et leur intensité est la source de lumière les éclairant. La couleur et la puissance de la source lumineuse modifient fortement la teinte perçue, les photographes le savent particulièrement bien, et ils sont pour la plupart constamment à la recherche de clichés où les couleurs vibrent d’une façon inédite, c’est aussi pour cela qu’ils s’arment de flash, de lumières d’appoints, réflecteurs et d’autres accessoires. Mais les photographes savent également que notre source de lumière principale, le soleil, ne donne pas une lumière identique tout au long de la journée, par exemple, au lever du soleil sa lumière est rose ou dorée et le paysage s’habille alors de couleurs magnifiques.

Chaque teinte à une échelle de tonalités, pour l’aquarelliste il est important de comprendre ce concept. Cette échelle est le résultat du degré de dilution de la teinte pure dans l’eau, au fil de la dilution la tonalité de base se rapproche de plus en plus du blanc (du papier).

échelle de tonalité

Identifier les valeurs tonales

Une des choses les plus importantes si pas la plus importante en peinture, est de parvenir à identifier la valeur tonale des formes que l’on souhaite peindre. C’est la justesse de cette retranscription qui créera l’effet de volume et de profondeur, mais aussi l’atmosphère de votre peinture.

L’échelle des valeurs tonales sont toutes les valeurs qui permettent la transition du noir au blanc.

Une peinture comportant un grand nombre de tonalités, surtout si ces tonalités sont proches les unes des autres dégagera une atmosphère bien plus douce qu’une peinture ne comptant que peu de valeurs tonales ou une peinture dont les écarts entre les valeurs tonales sont très importants (clair-obscur par exemple).

 

clair obscur

Retenez surtout ceci, avant de vous lancer dans votre peinture, veillez à toujours bien évaluer la valeur tonale la plus correcte possible de la forme que vous observez, évaluez les différentes valeurs tonales dans leur ensemble mais aussi en faisant abstraction de ce qui les entoure, deux valeurs tonales identiques peuvent vous paraitre différentes simplement si l’une est placée à côté d’un élément plus sombre, les effets d’optiques nous jouent des tours dans la distinction des valeurs tonales et des teintes, soyez en conscient et tentez d’éviter les pièges de ce type lors de phase d’analyse.

Ce n’est qu’une fois que la valeur tonale d’une forme est trouvée que vous devriez passez à l’étape suivante, rechercher de la teinte appropriée pour la retranscrire.

Pour vous aider :

Le fait de plisser les yeux lorsque vous regardez votre sujet à peindre vous aidera à mieux percevoir les différentes valeurs tonales de la scène, cette façon d’observer diminue l’intensité des couleurs perçues et avec un peu d’entrainement et d’habitude ce geste deviendra presqu’un réflexe. De même, imaginez-vous que vous observez la scène à peindre à travers un filtre noir et blanc.

A retenir :

Dans vos paysages, utilisez la perspective atmosphérique pour créer l’effet de lointain.

Les valeurs tonales bien utilisées créeront dans vos peintures l’impression de lumière et d’ombre.

Les valeurs tonales donneront les impressions de formes qui se détachent du décor et donc la profondeur dans votre tableau.