paysage avec arbre à l'aquarelle

Peindre les arbres, ce n’est pas très compliqué, quelques astuces et un rien d’entrainement devrait vous aider à y arriver.

La principale difficulté à laquelle on est confronté lorsqu’on veut peindre un arbre, est de réussir à faire apparaitre une masse picturale qui donnera l’illusion du feuillage. Mis à part pour les tortionnaires, peindre le feuillage complet d’un arbre feuille par feuille n’est pas envisageable.

A ce propos, Wikipedia nous donne l’indication suivante:

Le nombre de feuilles des arbres est très variable, il dépend de leur âge, de leur diamètre et de leur hauteur. Ainsi un vieux hêtre pourpre de 80 ans qui a une hauteur de 25 m et un diamètre de 15 m possède 800 000 feuilles….

Alors imaginons un instant, vous êtes en train de peindre un vieux feuillu, votre champ de vision capte environ un quart des feuilles de celui-ci, prennons le bien moins dense que celui de Wikipédia avec seulement un dixième des feuilles. Eh bien dans ce cas de figure, vous devriez tout de même peindre 20 000 petites taches vertes pour représenter son feuillage…, allons, allons, ne vous encourez pas, quasi personne ne fait ça, on tente « simplement » de les suggérer au mieux cet masse qu’est le feuillage, voyez mes exemples et essais ci-dessous:

arbre aquarelle

 

Les arbres ont des silhouettes de forme bien différentes, les connaisseurs parviennent à distinguer de nombreuses espèces uniquement à partir de leurs silhouettes, alors que pour le même exercice, le commun des mortels arrivera tout juste à distinguer un feuillu d’un conifère.

Lorsque vous vous décidez à peindre un arbre, faites attention à sa silhouette, tentez de la représenter le mieux possible, c’est un point important, allez-y en dessinant vaguement ses contours, tentez de déterminer et de respecter le rapport hauteur largeur de notre végétal et continuez en esquissant les zones principales de feuillages. Ensuite plongez dans un peu plus de détail et représentez les branches principales, soyez tranquille, une petite erreur ne sera si dommageable que lorsque vous peignez un portrait, et la justesse du positionnement d’une branche sur un tronc à bien moins d’incidence que celui d’un nez sur un visage. Visez tout de même une certaine ressemblance, mais concentrez-vous surtout le ressenti, dans notre exercice c’est lui le plus important. Observez les masses de feuillage et les trous dans cette masse, notez les zones d’ombres principales et reporter tout cela sur votre papier. Ensuite, tentez, pourquoi pas, de percer la logique à laquelle répond la construction des branches.

arbre feuillage multicolore aquarelle

La distance entre vous et l’arbre sera souvent l’élément déterminant le degré de détail à inclure dans sa représentation, ainsi les arbres les plus lointains seront évoqués de quelques coups de pinceaux exécutés dans la couleur du feuillage en y ajoutant une ou plusieures taches d’ombre aux endroits voulus, c’est important pour réussir à suggérer le volume. Si nécessaire, ou si visible surtout, on ajoutera le morceau du tronc au bas de l’arbre et quelques branches visibles ici ou là.

Exercices suggérés :

Dessinez quelques silhouettes d’arbres au crayon, une recherche dans Google image avec les mots clés « silhouette arbre » vous donnera pas mal d’exemples pour vous exercer.

Apprenez à dessiner des arbres lointains en simplifiant au maximum leur forme, puis dessinez en des plus proches et une fois que vous serez plus à l’aise avec ce processus, essayez-vous sur un arbre un peu plus détaillé en tentant de suggérer la masse du feuillage à l’aide de hachures pas trop régulières.

Ensuite passez à la peinture, peignez comme suggéré pour le dessin, des arbres dans le lointain, gribouillez les en miniatures sur un bout de feuille, puis attaquez vous aux arbres de plus en plus proche et trouvez les détails qui ont du sens pour la représentation.

Surtout, faites de nombreux essais à l’aquarelle, beaucoup d’artistes ont développé leur propre technique, certains éclabousses finement les ombres dans les aplats de feuillages encore humides d’autres font la même chose mais sur un fond sec.

arbres lointains et proches aquarelle

Je me suis également entrainé à peindre des arbres juste avant de vous écrire cet article, et j’ai filmé le processus. Malheureusement, la carte mémoire de mon appareil n’est pas assez importante et l’appareil stoppa le film avant qu’il soit fini, dans la seconde vidéo, c’est la batterie de mon appareil qui m’a laché….toutefois les vidéos montrent bien le procédé que j’ai utilisé en technique dite humide et puis, j’ai ajouté les images des arbres fini en fin de vidéo.

 

 

5 réponses pour “Comment peindre les arbres à l’aquarelle”

  • bonjour, j’aimerais me mettre a l’aquarelle, et je veux commencer par des arbres; pouvez vous me dire quelle couleur vous utiliser pour votre arbres, il est superbe.merci

    • Bonjour,
      merci pour ton compliment!
      Les arbres que j’ai présentés dans cet article sont faits de manière presque identique.
      Ils sont principalement travaillés en trois passages:
      un premier passage bien mouillé (prépare assez de couleur avant de te lancer) dans un mélange de jaune et avec un rien de vert, ce mélange est destiné aux parties les plus claires du feuillage, mais tu dois peindre la totalité du feuillage avec ce mélange.
      Ensuite réalise un mélange bien plus vert (et bien plus sombre que le précédent), de nombreux verts sont adéquats pour ce mélange, celui que j’utilise s’appelle Hooker Green, avec ce mélange tu pourras peindre une grande partie du feuillage, mais surtout laisse quelques zones du mélange précédent intactes, c’est ce qui va créer l’effet de volume !
      Et enfin, le dernier passage avec un mélange très sombre, ce dernier peut provenir de ton mélange précédent auquel tu ajoutes une couleur complémentaires pour l’assombrir, ou un peu de noir ou même du gris sombre (bleu outremer + terre de Sienne). Ce dernier passage sera déposé sur les zones les plus sombres du feuillage.
      Veille pour cet exercice à travailler en technique humide comme dans les vidéos. Je pense que, si tu es débutant, quelques essais en petits formats seront très utiles et appréciables avant de te lancer sur un grand format.
      Je te souhaite beaucoup de plaisir dans ta découverte de l’aquarelle.

  • merci pour tous ces superbes exemples d’arbres, je viens de me mettre à l’aquarelle il y a un mois, donc novice en la matière. La plus grande difficulté pour moi est de commencer par le clair et terminer par le foncé (car je peins aussi à l’acrylique, un peu à l’huile et je fais aussi des icônes religieuses russes). Par contre j’ai vu qu’il fallait mouiller la feuille et parfois non…..? pouvez-vous me dire s’il faut systématiquement mouiller la feuille avant de poser la peinture. J’ai aussi entendu dire de « peindre sec sur sec « ….donc je ne sais pas trop quelle technique appliquée……Merci d’avance.
    Cordialement
    Katia Petricenko

    • Bonjour,
      je pense que le mieux est de faire beaucoup d’exercices, vous pouvez d’abord tester sur de petits formats pour éviter de gaspiller couleur et papier…
      Dans mes exemples, le blanc du papier où le feuillage sera peint est effectivement mouillé avant de passer la couleur, mais il est possible d’obtenir le même résultat sans le mouiller à l’avance, mais le sèchage sera bien plus rapide dans ce cas.
      Bonne continuation Katia!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *